Mots-clefs

Femme-fuit

Chère lectrice, Cher lecteur,

Voici un livre fort, percutant, déchirant, intime, bouleversant. Anaïs Barbeau-Lavalette, l’auteure, n’a jamais connu sa grand-mère maternelle : Suzanne Meloche. Elle engage une détective privée pour aller à la rencontre de cette femme qui a marqué à jamais la vie de ses enfants en les abandonnant. À travers son parcours, le lecteur apprend à connaître cette femme tantôt touchante, tantôt révoltante. C’est une partie de l’histoire du Québec qui nous est présentée et d’une Amérique aux prises avec la ségrégation qui est aussi relatée au fil des pages. Suzanne Meloche a fréquenté les grands intellectuels, artistes de l’époque comme Borduas, Riopelle, Gauvreau et elle a été l’épouse de Marcel Barbeau, le peintre, de qui elle aura deux enfants. Elle les quitte pour toujours en 1952 alors que son fils n’a qu’un an et sa fille trois ans. Elle a peint, rédigé des poèmes. D’ailleurs, une de ses toiles a été exposée au Musée d’art contemporain de Montréal et son recueil de poésie Les Aurores fulminantes a été publié aux Herbes rouges plusieurs années après sa rédaction.

Le lecteur découvre la trajectoire d’une femme en mouvement… Une femme en fuite sur les routes… Elle se retrouve très jeune à Montréal  auprès des Automatistes après une enfance à Ottawa, elle quitte tout pour la Gaspésie où elle sera postière, puis elle part en Europe vivre dans la famille de son amant, ensuite elle parcourt les routes de l’Amérique pour lutter pour les droits des Noirs. Une femme qui fuit… Qui? Quoi? Une femme qui laisse des traces, des blessures, des silences, des peines, des regards, des exploits…. Mais c’est surtout le message d’une petite-fille pour cette grand-mère qui blessa à tout jamais l’âme de sa mère que nous retrouvons au fil des pages… alors qu’elle devient elle aussi mère…

Parce que je suis en partie constituée de ton départ. Ton absence fait partie de moi, elle m’a aussi fabriquée. Tu es celle à qui je dois cette eau trouble qui abreuve mes racines, multiples et profondes.
Ainsi tu continues d’exister.
Dans ma soif inaltérable d’aimer.
Et dans ce besoin d’être libre, comme une nécessité extrême.
Mais libre avec eux.
Je suis libre ensemble, moi. (p. 376)

Le récit est entièrement rédigé au tu et les chapitres sont courts non numérotés. Le style s’avère très personnel et tout est extrêmement bien écrit…. Les phrases sont courtes, brèves. Elles savent éclairer une période de notre mémoire collective, mettre en lumière un fantôme… Questionner ce fantôme, le rattraper dans cette mouvance…

Tu entres sans t’excuser d’être là. Le pas sûr. Même si ça fait 27 ans que tu n’as pas vu ma mère.
Même s’il y a 27 ans, tu t’es sauvée. La laissant là, en équilibre sur ses trois ans, le souvenir de tes jupes accroché au bout de ses doigts.
Tu t’avances le pas posé. Ma mère a les joues rouges. Elle est la plus belle du monde.
Comment as-tu pu t’en passer?
Comment as-tu fait pour ne pas mourir à l’idée de rater ses comptines, ses menteries de petite fille, ses dents qui branlent, ses fautes d’orthographe, ses lacets attachés toute seule, puis ses vertiges amoureux, ses ongles vernis, puis rongés, ses premiers rhums and coke?
Où est-ce que tu t’es cachée pour ne pas y penser?
Là, il y a elle, il y a toi, et entre vous deux : moi. Tu ne peux plus lui faire de mal parce que je suis là. (p. 7-8).

Si vous n’avez pas encore lu ce roman récipiendaire de prix comme :

  • Le  Prix des libraires du Québec
  • Le Prix littéraire France-Québec
  • Le Grand Prix du livre de Montréal

Je vous le recommande fortement … La femme qui fuit, une lecture sous le signe de la liberté, impossible de ne pas aimer….Coup de coeur absolu!

Tu reviens donc chez toi en ébullition. Les jours reprennent leur cours, mais tu les traverses autrement. Portée par le courant. Tu sais maintenant que tu as un ailleurs.
Ce que tu ne sais pas, c’est que tu en auras toujours un, et jamais le même. Ce sera ta tragédie. (p. 87).

Un livre sur la réconciliation avec cette femme qui a quitté mari et enfants à une époque où cela ne se faisait pas… D’ailleurs, l’écrivaine mentionne dans une entrevue accordée à Mario Cloutier dans La Presse :

Ma grand-mère était comme un fantôme que j’haïssais quelque part. Elle avait laissé ma mère. Je me suis donné la permission de la rencontrer et d’en faire une femme. Ça m’a vraiment réconciliée avec elle et notre histoire. Elle avait 26 ans et avait le violent désir de créer et la possibilité de le faire, sans endroit pour le faire. Le mari vit de son art, mais pas elle. Alors elle sacre son camp. C’est dur à nommer pour moi parce ça remue beaucoup de souffrance. Ça se transmet d’une génération à l’autre, mais il y avait quelque chose de courageux là-dedans.

Avez-vous lu ce magnifique bouquin? Que pensez-vous de cette histoire?

Bien à vous,

Madame lit

Barbeau-Lavalette, Anaïs. La femme qui fuit. Montréal : Éditions Marchand de feuilles,  2015, 378 p.

ISBN : 978-2-923896-50-2

Cloutier, M. (2015, 18 septembre).  Anaïs Barbeau-Lavalette : le fantôme de la liberté. La Presse. Récupéré de

http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201509/18/01-4901805-anais-barbeau-lavalette-le-fantome-de-la-liberte.php