Mots-clefs

,

avion

Chère lectrice, Cher lecteur,

Permettez-moi de vous présenter ce magnifique extrait tiré de ma lecture du moment… Ce livre renferme des passages pour réfléchir, pour comprendre le monde, pour s’enrichir en tant qu’être humain.

Vieux bureaucrate, mon camarade ici présent, nul jamais ne t’a fait t’évader et tu n’en es point responsable. Tu as construit ta paix à force d’aveugler de ciment, comme le font les termites, toutes les échappées vers la lumière. Tu t’es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise, tes routines, les rites étouffants de ta vie provinciale, tu as élevé cet humble rempart contre les vents et les marées et les étoiles. Tu ne veux point t’inquiéter des grands problèmes, tu as eu bien assez de mal à oublier ta condition d’homme. Tu n’es point l’habitant d’une planète errante, tu ne te poses point de questions sans réponse : tu es un petit bourgeois de Toulouse. Nul ne te saisi par les épaules quand il était temps encore. Maintenant, la glaise dont tu es formé a séché, et s’est durcie, et nul en toi ne saurait désormais réveiller le musicien endormi ou le poète, ou l’astronome qui peut-être t’habitait d’abord.

            Je ne me plains plus des rafales de pluie. La magie du métier m’ouvre un monde où j’affronterai avant deux heures, les dragons noirs et les crêtes couronnées d’une chevelure d’éclairs bleus, où la nuit venue, délivré, je lirai mon chemin à travers les astres.  (p. 21)

Pour savoir si vous avez lu ce sublime bouquin rempli d’humanité, vous n’avez qu’à cliquer sur Lecture du moment.

Aimez-vous comme moi cet extrait?

Bien à vous,

Madame lit