Étiquettes

Présentation_une écrivaine ou un écrivain par mois_Homère!

Chère lectrice, Cher lecteur,

Comme je quitte le Canada dans quelques jours pour me rendre en Grèce, permettez-moi de vous parler d’un auteur qui a fortement marqué mon imaginaire : Homère. Je suis convaincue de ne pas être la seule. D’ailleurs, Balzac a mentionné à propos de ce dernier : « Doter son pays d’un Homère, n’est-ce pas usurper sur Dieu ? ». En ce qui me concerne, lors de mes études en littérature, j’ai eu l’immense privilège de suivre un cours sur L’Iliade et l’Odyssée donné par M. Jacques Desautels. M. Desautels possédait un doctorat en littérature grecque et il a été doyen de la Faculté des lettres de l’Université Laval. Il est également l’auteur des livres suivants :

  • Dieux et mythes de la Grèce ancienne
  • Le Quatrième roi mage
  • La dame de Chypre
  • Rue des Érables

En un semestre, je devais lire les deux tomes en plus de tous les livres des autres cours… Il fallait vraiment que je sois passionnée par le domaine des lettres ! Mais quel apprentissage ! Quelle chance d’avoir eu M. Desautels comme professeur. Aujourd’hui, je repense à ces heures passées en classe et je réalise à quel point j’ai reçu un enseignement de qualité.

Que représentent L’Iliade et l’Odyssée pour Madame lit ?

12655268 - ancient greek map

Tout d’abord, j’ai toujours été passionnée par la mythologie gréco-romaine, par les histoires des dieux et des déesses et de leur impact sur les mortels… Donc, lorsque j’ai eu la possibilité de m’inscrire à un cours sur L’Iliade et l’Odyssée, je n’ai pas hésité une minute. Sans ce cours, je ne crois pas que j’aurais eu le courage de me lancer dans cette lecture car les deux tomes sont assez volumineux, la structure est complexe et il y a beaucoup de noms et de lieux. Mais, avoir un expert pour me guider, pour m’embarquer sur un navire qui a traversé le temps, pour m’ouvrir à cet univers rempli d’aventures, cela a été un bonheur. Comme vous le savez, L’Iliade aborde l’histoire de la guerre de Troie qui dure depuis dix ans et L’Odyssée relate les aventures d’Ulysse. Je dois dire que je garde un excellent souvenir de ces deux tomes. Encore aujourd’hui, je me sers de cette lecture en classe pour parler du terme cheval de Troie à mes étudiants en informatique. Mais encore, ce sont les personnages comme Achille, Patrocle, Agamemnon, Priam, Hector, Ulysse, Hélène, Pénélope et les dieux et les déesses comme Zeus, Athéna, Héra, Poséidon, etc.,  qui me reviennent en tête avec leurs forces et leurs faiblesses. J’ai particulièrement aimé le voyage d’Ulysse et ses rencontres avec divers êtres comme Circé, le cyclope, Calypso ou encore les sirènes. L’amour de Pénélope s’avère assez frappant tout comme la fidélité du chien d’Ulysse Argos qui meurt d’émotion de revoir son maître après 20 ans!

Entrer dans ces deux livres, c’est découvrir comme il est mentionné dans l’Odyssée : «Mais les dieux accablent de maux ceux qui courent le monde et même s’ils sont rois, leur filent des calamités. »

42121432 - beautiful view of zeus temple in athens, greece in summer time

De plus, il faut se rendre jusqu’à la fin pour ressentir l’émotion de Pénélope devant son époux après 20 ans.

La reine descendit. Quel trouble dans son cœur ! Elle se demandait si, de loin, elle allait interroger l’époux ou s’approcher de lui et, lui prenant la tête et les mains, les baiser. Elle entra… Elle avait franchi le seuil de pierre : dans la lueur du feu, contre l’autre muraille, juste en face d’Ulysse, elle vint prendre un siège ; assis, les yeux baissés, sous la haute colonne, il attendait le mot que sa vaillante épouse, en le voyant, dirait. Mais elle se taisait, de surprise accablée. Elle resta longtemps à le considérer, et ses yeux tour à tour reconnaissaient les traits d’Ulysse en ce visage ou ne pouvait plus voir que ces mauvais haillons. Son fils, en la tançant, lui dit et déclara :
TÉLÉMAQUE : Ton cœur est trop cruel, mère ! ô méchante mère ! de mon père, pourquoi t’écarter de la sorte ?… auprès de lui, pourquoi ne vas-tu pas t’asseoir, lui parler, t’enquérir… fut-il jamais un cœur de femme aussi fermé ?… s’éloigner d’un époux quand, après vingt années de longs maux et d’épreuves, il revient au pays !… Ah ! ton cœur est toujours plus dur que le rocher !
La plus sage des femmes, Pénélope, reprit :
PÉNÉLOPE : Mon enfant, la surprise est là, qui tient mon cœur. Je ne puis proférer un mot, l’interroger, ni même dans les yeux le regarder en face ! Si vraiment c’est Ulysse qui rentre en sa maison, nous nous reconnaîtrons et, sans peine, l’un l’autre, car il est entre nous de ces marques secrètes, qu’ignorent tous les autres.

Chant XXIII.

Je dois avouer que je ressens encore de l’émotion en lisant cet extrait…

Donc, j’ai hâte de me rendre dans quelques jours en Grèce pour me retrouver au cœur même des temples, de scruter les statues des diverses divinités et de m’imbiber de la richesse culturelle des lieux… et pourquoi par retrouver l’aura de ces deux sublimes textes qui ont su traverser les siècles….

Mykos_Grèce

Je vous laisse sur ce bel extrait tiré de l’Iliade :

Telle la naissance des feuilles,
telle celle des hommes.
Il y a des feuilles que le vent répand à terre,
mais la forêt puissante en produit d’autres, le printemps revient.
Ainsi pour les hommes : une génération naît, l’autre finit.

(Chant V).

Avez-vous déjà lu l’Iliade et l’Odyssée? Avez-vous apprécié les chants d’Homère?

Bien à vous,

Madame lit