Étiquettes

Enfantomes

Chère lectrice, Cher lecteur,

Dans ma présentation de mon rapport aux livres de Réjean Ducharme, je vous avais mentionné que j’avais égaré Les enfantômes. Et bien, je l’ai retrouvé! Donc, j’aimerais vous partager un extrait de ce livre mettant en scène un homme déchiré entre sa femme et sa sœur … Dans cette histoire, il y a bien entendu l’enfance, comme salut…,  les jeux de mots, en guise de transformation du réel et le rêve, parce que c’est la vie…

Avant, quand on avait de l’argent, on avait une auto. C’est moi qui faisait le taxi, j’avais l’air de quoi? Ayant étudié l’histoire de la littérature à l’université McGill, ma femme n’est pas faite pour les travaux d’une cuisine d’hôpital, comme elle le dit elle-même tout le temps. Mais l’histoire de la littérature ça ne donne pas de dividendes, il a bien fallu qu’elle fasse de quoi quand mes capitaux, à force de se faire dépenser, on finit par cesser de rapporter assez. Moi, je ne travaille pas. Pas kession, un poing sait tout! Aux âmes d’élite, la diminution de la semaine horaire et les augmentations de salaires! Aux cœurs au ventre! Aux estomacs bien pendus! L’avenir aux audacieux, et  à moi, leurs restes, à moi les rêves baroques qui les endorment, les sentiments touffus qu’ils jettent, les rires hilares qu’ils laissent traîner par terre!

Je ne veux rien savoir. Ma pension d’inadapté enfantomatique, je la restitue aussi sec au ministère.

Comment trouvez-vous cet extrait des Enfantômes?

Bien à vous,

Madame lit

Ducharme, Réjean, Les enfantômes, Paris : Gallimard, 283 p.