Étiquettes

image_tag_improbable

Chère lectrice, Cher lecteur,

Il y a quelques jours, j’ai été nominée par Blanche des Mondes de Blanche pour participer au tag de L’Improbable Littéraire ! Merci Blanche pour cette nomination ! Je me prête au jeu car je n’ai pas participé à un tag depuis un certain temps.

  1. Un roman que l’on adore et qui pourtant, sort de notre zone de confort ?

Je ne suis pas une très grande lectrice de polars et pourtant, j’ai adoré la trilogie Millénium de Stieg Larsson (Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette et La Reine dans le palais des courants d’air). Le personnage de Lisbeth Salander me fascine… Elle est surdouée et elle a vécu des traumatismes épouvantables… Elle a été capable d’affronter le pire… De plus, Larsson avec cette trilogie a su créer un univers brillant. Je me suis laissée piéger à quelques reprises par le mystère entourant le meurtre d’Harriet Vanger.

 2. Un roman que l’on n’a pas aimé étant dans notre zone de confort ?

Habituellement, j’aime les classiques. Cependant, j’ai détesté Le Désert des Tartares de Dino Buzzati. J’ai été exaspérée par toute cette attente dans le désert… Pourtant, les critiques sont élogieuses et certains considèrent ce bouquin comme un chef d’œuvre du XXème siècle.

3Un personnage que l’on pensait détester et finalement…

Je pensais détester l’amant de lady Chatterley… Je ne sais pas… Je trouvais cliché la femme riche insatisfaite décidant de prendre un garde-chasse comme amant…Et lui, bien évidemment, succombe aux charmes de la belle… Mais bon, je dois l’avouer, ce bouquin est magnifique et je comprends ce que l’auteur a tenté de faire avec ses personnages pour décrire le contexte social de l’Angleterre à travers la symbolique des figures discursives. Mellors, le garde-chasse possède de belles qualités et je me suis prise d’affection pour lui au fil des pages …Il lutte ! Voici sa pensée :

Ce que je représente, c’est l’intime connaissance physique des êtres entre eux, se dit-il, et le toucher intime de la tendresse. Et elle est ma compagne. Et ce doit être une lutte contre l’argent, et la machine, et l’idéal ignoble, insensible et bestial du monde. Et elle m’aidera dans la lutte. Dieu merci, j’ai une femme ! Dieu merci, j’ai une femme qui est avec moi, qui est tendre, qui me comprend, qui n’est ni tyrannique, ni sotte. Dieu merci, elle est tendre et elle comprend.

  1. Un personnage que l’on pensait aimer et finalement…

Je pensais aimer le personnage d’Eugène Onéguine. Finalement, après la lecture, j’ai réalisé qu’il est lâche, vide et pédant… La douce Tatiana m’apparaît plus courageuse et vraie… Pour connaître mon avis sur ce chef d’œuvre, n’hésitez pas à cliquer sur Eugène Onéguine. 

  1. Un roman que l’on achète seulement pour sa couverture et qui est devenu un véritable coup de cœur ?

J’ai adoré la couverture de La Fabrica de Maryline Fortin et je dois admettre que comme première parution, cette écrivaine a fait un excellent travail.

la_fabrica_2 

  1. Un roman dont on n’a pas aimé le résumé mais qui finalement nous a grandement surpris ? 

Comme résumé, pour Ressusciter de Christian Bobin, il n’y avait qu’une phrase :

Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir.

Je me disais mais qu’est-ce que ça veut dire ? Mais bon, j’avais reçu ce livre en cadeau et je ne me suis pas laissée décourager par la phrase. Ce livre s’avère profond et encore aujourd’hui, je le sors pour relire des passages soulignés… Ce dernier présente une succession de petites pensées sur la vie, sur la mort… j’ai finalement compris la phrase choisie en guise de résumé … Elle est parfaite !

  1. Un roman dont on ne sait tout bonnement pas pourquoi on l’a acheté et qu’on a tout bonnement adoré ? 

J’ai acheté rapidement à la bibliothèque dans une vente à 1$ Le Monde sur le flanc de la truite. Je trouvais le titre original. C’est en arrivant à la maison que j’ai réalisé que ce bouquin renfermait des pensées précieuses sur l’art, sur la vie, sur le temps… Un essai que tous les amoureux de la littérature, du processus créatif devraient posséder… À lire, à relire…

  1. Un livre dont étonnamment tu as préféré l’adaptation ?

Le patient anglais de Michaël Ondaatje… J’ai adoré les paysages dans le film… les dunes de sable… un peu comme un corps humain… J’ai moins apprécié le livre car je n’ai pas retrouvé la même ambiance… En ce sens, je lève mon chapeau à Anthony Minghella d’avoir créé un si beau film à partir de ce livre… De plus, dans le bouquin, je suis demeurée distante par rapport aux personnages. Dans le film, c’était tout le contraire…

Nominations :

J’espère que vous aurez du plaisir à participer à ce tag que j’ai trouvé assez difficile !

 Au plaisir de lire vos réponses à cet Improbable Littéraire !!! Qui sait ce qu’il nous dévoilera?

Bien à vous,

Madame lit