Mots-clefs

50629836 - girl in a wool sweater keeps old books.

Chère lectrice, Cher lecteur,

Permettez-moi de vous présenter ces bilans : décembre et mon année 2016. Et oui, à l’aube d’une nouvelle année, il est bien de s’octroyer une pause et de réfléchir aux évènements, aux rencontres, aux amitiés, aux amours, aux livres lus, aux échanges littéraires et au plaisir que procure un blogue…

Décembre

Mon mois de décembre a été très occupé… Avec une fin de session, des travaux à corriger, des notes à remettre, etc., j’ai failli crouler sous le poids! Donc, mon émotion du mois s’avère associée à la concentration. J’ai dû garder le cap pour être en mesure de respecter les échéances… De surcroît, j’ai lu un petit peu pour être capable de partager avec vous. Alors, j’ai plongé dans les univers suivants :

L’article le plus consulté a été Santa d’Hélène Vachon!

Mais encore, mes statistiques ont diminué, mais mon nombre d’abonnés a augmenté! Donc, la prochaine année promet d’être riche en ce qui concerne les échanges! Un beau mois de décembre sous le signe de la neige canadienne et je dois admettre que je suis remplie de gratitude envers la vie, car elle me permet d’assumer mes tâches professionnelles et de poursuivre mes communications avec vous via ce blogue!

Année 2016

Quelle année pour mon blogue! Je suis encore sous le choc en regardant mes statistiques… Je n’aurais pas cru que j’atteindrais ces chiffres! Je tiens à vous remercier du plus profond de mon cœur pour vos encouragements, vos visites, vos partages, votre fidélité…

Les articles en 2016 les plus consultés sont :

J’ai aussi relevé un défi littéraire en 2016 ce qui me rend plutôt fière! N’hésitez pas à consulter l’article Madame lit le bilan de son défi littéraire pour connaître mes impressions.

De plus, grâce à M. Robert Benoit, des vidéos ont accompagné certains de mes billets. Je tiens à le remercier car ces dernières ont enrichi d’une belle façon mes articles.

Les romans qui ont probablement le plus marqué mon année sont Le voyageur et le clair de lune d’Antal Szerb et La vie devant soi de Romain Gary (même si j’ai relu ce bouquin).

En 2016, il y a eu, entre autres, la mort de Benoîte Groult. Son roman Les Vaisseaux du cœur figure parmi mes 5 romans d’amour favoris. Alors, pour terminer cette année sur une réflexion sur la mort et la vie, je vous laisse sur un extrait de cette écrivaine tiré de Les trois quarts du temps :

Quand je ne pourrai plus lire, satisfaire mes fringales de chocolat et parcourir des plages en traquant la crevette aux grandes marées; quand on m’aura fait passer le goût du vin avec des discours raisonnables; quand je ne trouverai plus un bonheur idiot dans le simple geste d’ouvrir chaque matin mes volets sur la lumière; quand je n’aurai plus le courage de râler contre le temps comme je l’ai fait avec entrain toute ma vie; quand je ne saurai plus que me lamenter au lieu de vitupérer; quand je ne ferai plus de mal à une mouche; quand je penserai à mon cholestérol avant de savourer du beurre salé à la cuillère; quand je deviendrai jalouse de ce que font les autres ; quand je ne parviendrai plus à mettre un genou en terre pour parler à l’oreille de mon jardin; quand je préférerai me coucher que sortir avec mon meilleur ami… Quand enfin je sentirai ce qu’on appelle le poids des ans et ne bénéficierai plus de cet âge imprécis que l’on a dans ses rêves, que je me laisserai impressionner par le verdict des miroirs au lieu de me fier à mes certitudes intérieures ; en un mot quand je ne trouverai plus de plaisir à mes plaisirs et trop de peine à mes peines, je renoncerai à survivre. Car la vie, c’est moi. Ce n’est que moi. (p. 10-11)

Amusez-vous chère lectrice, cher lecteur, et cueillez, si possible, la rose de la vie…

Bien à vous,

Madame lit

Groult, B. (1983). Les trois quarts du temps. Éditions Grasset et Fasquelle : 1983.