Mots-clefs

bouquet_automne

Chère lectrice, Cher lecteur,

Le mois de septembre est déjà derrière nous… Septembre a représenté mon retour à temps plein en classe… Aussi, je crois que l’émotion qui m’a habitée par rapport à la vie a été la gratitude. Je ressens de la gratitude d’être relativement en bonne santé, d’avoir de bons amis autour de moi, d’être capable de subvenir à mes besoins, de vivre dans un pays beau, calme et sécuritaire… Donc, je crois que j’ai remercié la vie au fil des jours pour tout cela…

J’ai lu aussi un petit peu en septembre. Avec les corrections qui s’empilent, j’essaye d’avoir un équilibre.

Voici les bouquins lus :

De plus, j’ai participé au tag du narcissique de Goran.

J’ai également rédigé deux billets sur la littérature et la peinture :

Mon article le plus consulté a été celui sur L’impureté de Larry Tremblay. Je dois remercier l’auteur qui a partagé ma chronique sur sa page Facebook et sur son compte Twitter. J’ai été extrêmement touchée par cette attention. Aussi, la maison d’édition Alto a publié un extrait de mon billet sur son site Web dans sa partie Les échos… De belles surprises en ce mois de septembre !

Pour vous remercier de me lire, de m’écrire et de m’encourager, je vous offre ce splendide poème tiré de L’homme rapaillé de Gaston Miron… Hier, je n’ai pas publié de citation, par conséquent, ce dernier la remplacera. Ce poème est beau dans sa simplicité… Un hymne à l’amour qui voyage au cœur de l’être humain en empruntant le chemin du regard…

Mon bel amour navigateur

Mon bel amour navigateur
mains ouvertes sur les songes
tu sais la carte de mon cœur
les jeux qui te prolongent
et la lumière chantée de ton âme

qui ne devine ensemble
tout le silence les yeux poreux
ce qu’il nous faut traverser le pied secret
ce qu’il nous faut écouter
l’oreille comme un coquillage
dans quel pays du son bleu
amour émoi dans l’octave du don

sur la jetée de la nuit
je saurai ma présence
d’un vœu à l’azur ton mystère
déchiré d’un espace rouge-gorge

Je vous souhaite un merveilleux mois d’octobre !

Bien à vous,

Madame lit