Mots-clefs

,

Gabrielle_Roy_PRST

Pour ce qui est des Karpoff, figurez-vous, nous avons acheté un petit chalet à la Petite-Rivière-Saint-François, le petit chalet des Laberge, voisin de la chapelle de l’abbé Victor. Vous en souvenez-vous : c’est un petit cottage blanc au bord de la falaise. La vue est splendide, la plus belle de la côte à mon avis. Il y a quelques inconvénients, mais dans l’ensemble nous sommes contents de notre achat à prix modéré. (Gabrielle Roy, Lettre à Cécile Chabot, le 10 juin 1957).

Chère lectrice, Cher lecteur,

Cet été, je suis allée à Petite-Rivière-Saint-François, municipalité située dans Charlevoix, et je me suis rendue au chalet de Gabrielle Roy pour le photographier. Cette illustre écrivaine québécoise a passé les trente derniers étés de sa vie dans Charlevoix, à arpenter la voie ferrée, à marcher sur les battures, à observer le fleuve, à parler avec sa voisine Berthe, à lire, à écrire, à partager son temps avec les artistes de la région, à vivre tout simplement. C’est à cet endroit qu’elle a rédigé un grand nombre de ses romans.

De surcroît, Gabrielle Roy a remporté de nombreux prix durant sa carrière. Par exemple, seulement pour Bonheur d’occasion, elle s’est vu décerner le Prix du Gouverneur général du Canada, elle a gagné le Prix Femina en France en 1947 et elle a obtenu une médaille de l’Académie canadienne-française. Son œuvre est ainsi couronné de reconnaissance…

Alors, je la considère comme une très grande écrivaine et une Charlevoisienne puisque c’est bien dans ma région qu’elle a vécu en se laissant bercer par le chant du Saint-Laurent…

Comme citation, je vous offre une vidéo réalisée par M. Robert Benoit que je remercie bien chaleureusement et vous pourrez m’entendre lire un extrait de Cet été qui chantait, recueil de nouvelles qu’elle a dédié, entre autres, aux gens de Charlevoix…Vous allez également apercevoir son petit chalet blanc ainsi que la vue qu’elle avait du fleuve…

 

Que pensez-vous de cet hommage à cette grande écrivaine qui a passé de si beaux étés dans la région où je suis née? Car derrière l’été, comme le dirait si bien Gabrielle Roy, il y a l‘éblouissante révélation de toutes choses…

Bien à vous,

Madame lit