Étiquettes

, ,

 

lovestar_cadreChère lectrice, Cher lecteur,

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Alto pour ce roman pour le moins surprenant!

LoveStar d’Andri Snæer Magnason raconte l’histoire de l’homme sans fil, c’est-à-dire l’être humain libéré de l’électronique. LoveStar, fondateur d’Istar, a permis à l’être humain, grâce à son travail sur les ondes des oiseaux, d’accéder à une modernité en étant complètement branché par le biais de lentilles ou d’un casque invisible. Toutefois, l’homme moderne est assujetti aux inventions de l’entreprise. Le libre-arbitre devient impossible sous peine de devenir un asocial, un exilé. Ainsi, des aboyeurs de rue déambulent et scandent des slogans publicitaires pour orienter la consommation des êtres ou encore des hébergeurs s’infiltrent dans des groupes d’amis pour encore une fois manipuler les comportements de consommation…  Mais encore, LoveStar a réinventé la mort en vidant les cimetières par le biais de LoveMort (les corps des êtres humains sont envoyés dans l’espace et ils explosent pour devenir des poussières d’étoile), il a réinventé l’amour en créant inLove (un algorithme identifie l’âme sœur de chacun), il a développé ReGret pour rendre l’être humain en paix avec sa destinée… Et, il est sur le point de créer LoveDieu…

Dans cet univers, deux amoureux, Indriđi et Sigriđur, reçoivent une lettre leur mentionnant qu’ils ont été calculés et qu’ils ne sont pas des âmes sœurs. Ils tenteront de lutter contre le système imposé par l’entreprise Istar pour protéger leur amour.

Ce roman m’a fait plonger dans un univers que je qualifierais d’apocalyptique… Ainsi, LoveStar apparait comme le messie des temps modernes venu sur terre pour créer un monde nouveau. Ce dernier a des révélations qui semblent associées à ses idées. Ces dernières sont basées sur de bonnes intentions mais elles ont été dénaturées au nom du profit, de la consommation, ce qui conduira le monde à sa perte…L’entreprise Istar en arrive plutôt à déshumaniser l’homme et la femme. Comme le remarque Ragnar, un gestionnaire d’Istar, à LoveStar :

 – Nous contrôlons d’ores et déjà la mort, poursuivit-il en serrant encore plus fort. L’ancienne méthode a disparu. Nous avons également l’amour, mais il nous pose problème car il sape nos fondations. Nous utiliserons LoveDieu afin d’unir les gens par calcul avec une précision légèrement moindre de manière à éviter un effondrement de la consommation. Ceux qui divorceront seront exclus de LoveMort pour l’éternité et envoyés en enfer. La même chose s’appliquera à ceux qui refuseront de s’adonner à LoveDieu. […] Tu as ici la solution globale. L’amour, la mort et Dieu. Et tu es d’ores et déjà devenu Dieu. (p. 299)

Ce que j’ai trouvé de plus intéressant dans ce roman ce sont les nombreuses références à La Bible et à la partie de l’Apocalypse comme la Tour de Babel, le couple Adam et Ève, l’Éden, le concept de Dieu, les prières, la fin du monde, la Bête, le feu, l’eau, etc. Aussi, le lecteur retrouve cette opposition entre la matière et le surnaturel, caractéristiques des écritures apocalyptiques… La fin du monde a été bien rédigée et toutes les parties des différentes histoires dans ce récit conduisent le lecteur à cette dernière… Y aura-t-il un nouveau temps avec un nouvel Adam et une nouvelle Ève au pied de l’arbre de la connaissance? À vous de le découvrir…

Image4Ce roman a remporté Le Grand Prix de l’Imaginaire- Première sélection-Prix des libraires du Québec. Si vous aimez ce type de récit, je vous recommande cet auteur islandais. Comme premier roman, je trouve qu’il a su créer un univers pour le moins original…N’hésitez pas à consulter l’article «Et l’humanité fut libérée» paru dans Le Monde si vous voulez en apprendre davantage sur ce bouquin!

Pour lire l’avis de Vague culturelle,  vous pouvez cliquer sur LoveStar-Andri Snaer Magnason.

Aimez-vous les romans d’anticipation?

Bien à vous,

Madame lit

Magnason, A.-S. (2016). LoveStar, traduit de l’islandais par Éric Boury. Québec : Alto.