Étiquettes

La_frabrica2Chère lectrice, Cher lecteur,

Pour mon défi littéraire organisé par le fil rouge, en avril, je dois lire la première parution d’une écrivaine ou d’un écrivain québécois. Alors, j’ai choisi de plonger dans La Fabrica de Marilyne Fortin. Lors de ses études en histoire, Marilyne Fortin a découvert un traité anatomique portant le nom De Humani Corporis Fabrica. Ce dernier remonte à 1543 et il contient de magnifiques gravures pour illustrer le corps humain. L’auteur de ce traité demeure inconnu. Marilyne Fortin s’est inspirée de cet ouvrage anatomique pour rédiger son roman.

En guise de citation du dimanche, je vous partage un extrait de cette lecture que j’aime bien jusqu’à maintenant!

Allongé sur son quai de fortune, le corps et le visage généreusement badigeonnés de boue pour se protéger des piqûres de moustiques, il guettait l’arrivée du jour. Il aimait quand, à l’horizon, une lueur verte rendait le ciel moins opaque. Il frissonnait de plaisir en entendant le chant enthousiaste et envahissant des oiseaux qui précédait de quelques instants ce moment fabuleux. Lorsqu’il y en avait, les étoiles qui s’éteignaient une à une le fascinaient et la silhouette noire des arbres morts se détachant sur un ciel de plus en plus rosé lui donnait envie de joindre son cri à celui des milliers de volatiles qui l’entouraient. Pour Blaise, c’était un spectacle à la mise en scène familière et rassurante. Une représentation succédait à une autre, jour après jour, quoi qu’il arrive. Et c’était toujours aussi magnifique. Il était bon de pouvoir compter là-dessus. (p. 14)

J’ai bien hâte de vous parler davantage de ce récit qui a pour le moins une histoire assez fascinante. Comme quoi, en faisant des recherches, quelqu’un peut tomber sur un trésor et rédiger un bouquin…

Avez-vous déjà entendu parler de romans ayant une histoire basée sur une étonnante découverte?

Bien à vous!

Madame lit

Fortin, M. (2014). La Fabrica. Montréal, Québec : Québec Amérique, 556 p.