janvier_livre_café

Chère lectrice, Cher lecteur,

Janvier aura été un mois centré sur l’espoir. Espoir de réaliser mon premier défi littéraire, espoir de recevoir des lettres, espoir de partir en voyage en Italie, espoir d’être capable d’enseigner un nouveau cours, espoir de motiver mes étudiantes et mes étudiants par rapport à leur blogue, espoir…

Aussi, j’ai bien amorcé cette année en lisant un peu plus.

Ainsi, j’ai débuté mon mois avec ma lecture de Du fond de mon cœur; lettres à ses nièces de Jane Austen. J’ai lu avec délice cette correspondance… Un pur moment de bonheur… C’est d’ailleurs le billet le plus lu sur mon site depuis sa création (130 visites).

Ensuite, j’ai poursuivi avec D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan. C’était ma première rencontre avec cette écrivaine, une belle découverte.

J’ai lu le roman québécois Marie Réparatrice de Louis-Philippe Hébert pour mon défi littéraire. Ce court récit m’a beaucoup émue en raison de l’humanisme qui habite une fillette de 8 ans…

J’ai lu également deux tomes de la trilogie 1984 d’Éric Plamondon. J’ai publié un billet sur le premier volume Hongrie-Hollywood Express, celui concernant le deuxième est à venir.

En ce sens, j’ai pu lire 5 bouquins en janvier.

Comme je suis habitée par l’espoir, j’ose croire que mes prochains mois seront aussi riches en lecture…

De surcroît, janvier marque une étape bien spéciale… Madame lit a reçu plus de deux mille trois cents visites! C’est beaucoup d’espoir….

Je tiens encore une fois à vous remercier de votre appui, de vos mots, de vos passages… Ce blogue me permet de vivre une belle envolée au pays de l’espérance…

En guise de remerciement,  je vous offre cet extrait d’une lettre de Victor Hugo que je trouve sublime. Vous connaissez sans aucun doute l’histoire d’amour qui s’est déroulée durant 50 ans entre le célèbre écrivain français et Juliette Drouet. Cette dernière lui écrira vingt-deux mille lettres… Que d’amour…

À Juliette, le 31 décembre 1851, 8 heures du soir

 Mon doux ange bien aimé, voici l’année qui finit, année de douleurs, année de luttes, année d’épreuves, l’année qui commence sera l’année d’espérance de joie et d’amour. N’en doute pas, car c’est tout mon cœur qui me le dit. Je suis proscrit, banni, exilé, séparé des miens, pauvre, errant, frappé au cœur et pourtant, quand je me tourne vers toi, il me semble que je vois le bon Dieu qui me sourit. Tu es admirable ma Juliette dans ces sombres et rudes journées. Si j’avais eu besoin de courage, tu m’en aurais donné, mais j’avais besoin d’amour, et sois bénie, tu m’en apportais! […] Ton amour, ô mon ange, ressemble à la vertu. Je t’attends ce soir avec bien de l’impatience. On dirait que les battements de mon cœur voudraient hâter les pulsations de la pendule pour y arriver plus vite.

Quand je ne serai plus qu’une cendre glacée, quand mes yeux fatigués seront fermés au jour, dis-toi, si dans ton cœur ma mémoire est fixée :
Le monde a sa pensée. Moi j’avais son Amour.

J’adore cette lettre… J’aurais pu la reproduire en entier… Je vous encourage à découvrir cette correspondance entre deux amoureux d’exception…

Bien à vous,

Madame lit

janvier_record