Étiquettes

,

bouleaux_neige

Chère lectrice, Cher lecteur,

Depuis quelques jours, je publie des textes ayant comme thématique la neige, alors aujourd’hui, je vous présente deux très beaux poèmes abordant l’hiver de mes poètes québécois préférés, Anne Hébert et Gaston Miron. Anne Hébert fait paraitre son recueil de poèmes aux Éditions du Seuil en 1960 et dans ce dernier s’y trouve le poème «Neige». Vous pourrez remarquer que la thématique de la neige est féérique et elle provoque une rêverie de l’enfance. Le blanc et le rouge s’opposent pour créer peut-être une dynamique où la vie et la mort se côtoient… Les images soulèvent une idée du mouvement, un peu comme la neige soufflant sur la plaine…

Neige

 La neige nous met en rêve sur de vastes plaines, sans traces
ni couleur

Veille mon cœur, la neige nous met en selle sur des
coursiers d’écume

Sonne l’enfance couronnée, la neige nous sacre en
haute mer, plein de songe, toutes voiles dehors

La neige nous met en magie, blancheur étale, plumes
gonflées où perce l’œil rouge de cet oiseau

Mon cœur ; trait de feu sous des palmes de gel file
le sang qui s’émerveille.

Anne Hébert

 

Dans le second poème, Gaston Miron semble suggérer une rêverie de l’hiver associée à la dureté du pays.

Les siècles de l’hiver

 Le gris, l’agacé, le brun, le farouche
tu craques dans la beauté fantôme du froid
dans les marées de bouleaux, les confréries
d’épinettes, de sapins et autres compères
parmi les rocs occultes et parmi l’hostilité

pays chauve d’ancêtres, pays
tu déferles sur des milles de patience à bout
en une campagne affolée de désolement
en des villes où ta maigreur calcine ton visage
nous nos amours vidées de leurs meubles
nous comme empesés d’humiliation et de mort
et tu ne peux rien dans l’abondance captive
et tu frisonnes à petit feu dans notre dos

Gaston Miron

 

J’espère que ces deux poèmes réchaufferont votre cœur et provoqueront une belle rêverie associée à l’hiver…

Aimez-vous ce petit dossier autour de la rêverie de la neige, de l’hiver?

Bien à vous,

Madame lit

Hébert, Anne (1960). Poèmes, Paris, Éditions du Seuil, 109 p.

Miron, Gaston (1981). L’homme rapaillé, Paris, François Maspero,173 p.