Mots-clefs

,

Marie-Laberge-Treize-Verbes-Pour-Vivre

Chère lectrice, Cher lecteur,

Avez-vous consulté mon onglet Lecture du moment ?

Si vous ne l’avez pas fait, je tiens à vous dire que je suis en train de lire Trente verbes pour vivre de Marie Laberge. C’est, je crois, le premier essai de cette dame de la littérature québécoise qui est surtout connue pour ses romans et ses pièces de théâtre. Comme je suis une lectrice de Marie Laberge, lors de mon passage dans une librairie, je n’ai pas résisté à la tentation de me procurer ce dernier. D’ailleurs, il avait tout pour attirer mon attention, car il aborde les verbes et leur puissance… D’une part, la professeure de français était enchantée, et, d’autre part, l’admiratrice de Marie Laberge était très curieuse d’avoir accès à la pensée d’une écrivaine sur un sujet aussi fort : vivre.

Voici un extrait tiré de la quatrième de couverture :

Quels verbes sont essentiels si on veut explorer à fond celui de vivre? Il n’y avait que Marie Laberge pour avoir l’audace de poser la question et oser chercher dans l’action du verbe la définition de l’intensité.

Comme vous l’avez sans aucun doute remarqué, j’aime enrichir mon esprit par le biais d’essais…

J’espère bien le terminer en fin de semaine et vous concocter un petit billet sur ce dernier.

Aimez-vous les essais? Je suis curieuse…

Au plaisir de vous lire,

Bien à vous,

Madame lit

Références :

LABERGE, Marie, Treize verbes pour vivre; Essai, Québec Amérique, 2015, 235 p.

Figure : CHATELAINE. «Marie Laberge, ses romans, le doute, le suicide»,[http://fr.chatelaine.com/club-de-lecture/marie-laberge-ses-romans-le-doute-le-suicide/] (29 novembre 2015).