Étiquettes

,

souris_gros_livreChère lectrice, Cher lecteur,

Quel plaisir avec l’hiver qui est à nos portes de plonger dans un gros roman, assez lourd et dense, pour meubler nos soirées ou nos après-midi devant un beau feu de foyer. J’ai toujours aimé les gros romans. Je me souviens au secondaire d’avoir lu Autant en emporte le vent ou au début du collégial, Guerre et paix. À une certaine époque, je me disais même qu’il fallait que je lise une «brique» au moins une fois par année. Comme vous le savez, je suis en train de lire Belle du Seigneur d’Albert Cohen.  Comme mentionné, ce livre s’avère une «brique»! Je me suis posée la question, quelles sont mes plus grosses briques dans ma bibliothèque? Alors, je vous en présente quelques unes.  Elles ont été classées en fonction du nombre de pages. Elles ne sont pas présentées en ordre alphabétique.

  1. PROUST, Marcel. À la recherche du temps perdu, Paris, Quarto Gallimard, 1999, 2400 p.
  2. DRUOND, Maurice. Les Rois maudits, Paris, France Loisirs, 1996, 1618 p.
  3. TOLKIEN, JRR. Le Seigneur des Anneaux, Illustrée par Alan Lee, Lonrai, Christian Bourgois éditeur, 1992, 1278 p.
  4. La légende arthurienne; le graal et la table ronde, Paris, Robert Laffont, 1989, 1206 p.
  5. COHEN, Albert. Belle du Seigneur, Saint-Amand, Gallimard, coll. Folio, 1998, 1109 p.
  6. AXIONOV, Une saga moscovite, Saint-Amand, Gallimard, 1995, 1025 p.

Laissez-vous de côté un roman parce qu’il est trop gros?

Aimez-vous lire des «briques»?

Quelle est votre plus grosse brique dans votre bibliothèque?

Bien à vous,

Madame lit