Étiquettes

, , ,

belle du seigneurChère lectrice, cher lecteur,

Avez-vous eu la chance de consulter la page concernant ma lecture du moment?

Pour celles et ceux qui n’ont pas pu la voir, alors je tiens à vous dire que je suis en train de lire le grand chef-d’œuvre du roman d’amour du XXiècle Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Je partage cette lecture avec une copinaute.  Donc, elle et moi, nous nous suivons au fil de la lecture des différentes parties du roman. C’est qu’il est gros ce livre! Un bon 1109 pages pour l’édition de poche! Je crois bien que ce sera ma seule lecture en novembre! Mais, quel livre!

Comme je viens de publier un billet sur les incipits, je vous laisse sur celui tiré de Belle du Seigneur… Il est assez bien aussi …

Descendu de cheval, il allait le long des noisetiers et des églantiers, suivi des deux chevaux que le valet d’écurie tenait par les rênes, allait dans les craquements du silence, torse nu sous le soleil de midi, allait et souriait, étrange et princier, sûr d’une victoire. À deux reprises, hier et avant-hier, il avait été lâche et il n’avait pas osé. Aujourd’hui, en ce premier jour de mai, il oserait et elle l’aimerait. (p. 13)

Aimez-vous cet incipit? Je l’adore… comment ne pas succomber à cette confiance qui habite l’homme amoureux?

Au fait, avez-vous déjà lu ce magnifique roman?

Bien à vous,

Madame lit

Référence :

COHEN, Albert. Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2007, 1109 p.