Mots-clefs

,

letters-637324_640

Chère lectrice, cher lecteur,

Comme vous avez dû le lire dans mon À propos, j’ai quelques romans d’amour préférés dont Les Vaisseaux du coeur de Benoîte Groulx. L’extrait que je vous présente est tiré d’une lettre qu’a reçue George, de Gauvain, son grand amour, au début de leur relation.

Avant j’avais l’impression que les jours se ressemblaient tous et qu’ils se ressembleraient jusqu’à ma mort. Depuis toi… ne me demande pas d’expliquer. Je sais simplement que je veux te garder dans ma vie, et dans mes bras de temps en temps si tu le veux bien. Tu considères ce qui nous arrive un peu comme une maladie. Si c’est est une, je ne veux pas guérir. L’idée que tu existes quelque part et que tu penses à moi quelquefois m’aide à vivre (p. 117-118).

Magnifique, n’est-ce pas? Avez-vous déjà rêvé de recevoir une telle missive? Si vous n’avez jamais lu ce roman, je vous le recommande. Je vais rédiger un billet prochainement sur ce dernier. Il faut juste que je comprenne l’émotion qui m’habite en le lisant pour être en mesure de vous la partager.

Bien à vous,

Madame lit

Références :

GROULX, Benoîte. Les Vaisseaux du cœur, Paris, Bernard Grasset, 1988, 261 p.

PIXABAY. Images gratuites pour vos projets créatifs, [https://pixabay.com/] (2 octobre 2015).