Mots-clefs

, ,

Lady_SusanBonjour chère lectrice ou cher lecteur, je viens de terminer Lady Susan de Jane Austen. C’est un court récit tournant autour de Lady Susan, veuve de 35 ans, qui séjourne chez son beau-frère, M. Vernon, un riche banquier. Elle est sans-le-sou et désire marier sa fille de 16 ans Frederica à un sot. Toutefois, la jeune fille refuse de se soumettre à l’autorité maternelle. Elle bénéficiera de l’appui de son oncle et de sa tante ainsi que d’un soupirant de sa mère, le jeune Reginald, frère de Mme Vernon. Le lecteur se rend rapidement compte que Lady Susan s’avère méchante, manipulatrice et calculatrice. Mais encore, dans ce livre, Jane Austen met en opposition la méchanceté de Lady Susan à la sagesse de Mme Vernon. Il y a une sorte de lutte de pouvoir qui s’installe entre les deux héroïnes et le lecteur devient le témoin de cette dernière par le biais des lettres qu’elles rédigent à divers personnages.

En tant que passionnée de l’univers de Jane Austen, je dois dire que j’ai bien apprécié cet échange de lettres. Je ne peux encore une fois qu’admirer la façon dont la célèbre écrivaine britannique nous présente ses personnages et sa manière de nous les faire aimer ou détester. Lady Susan est habitée par un esprit de vengeance, à la manière de Wickham dans Orgueil et préjugés. Voici un extrait d’une lettre de Lady Susan pour vous le démontrer :

 En ce moment, mes pensées vont tour à tour à divers projets. J’ai beaucoup de choses à  accomplir. Il me faut punir Frederica, et assez sévèrement, pour s’être adressée à Reginald. Il me faut le punir lui-aussi pour avoir accueilli la requête de ma fille aussi favorablement, ainsi que pour le reste de sa conduite. Je dois tourmenter ma belle-sœur pour le triomphe insolent que font paraître son air et son attitude depuis le renvoi de Sir James- car en me réconciliant avec Reginald, je n’ai pas pu sauver cet infortuné jeune homme. Enfin, je me dois un dédommagement pour les humiliations auxquelles je me suis abaissée ces jours derniers (p. 86).

Je ne vous parlerai pas du dénouement de cet échange épistolaire. Si vous aimez comme moi les récits de Jane Austen, vous allez apprécier le sort qu’elle réserve à Lady Susan. N’hésitez pas à lire ce court récit ou à me dire ce que vous en avez pensé. Bonne lecture!

AUSTEN, Jane. Lady Susan, Paris, Gallimard, Collection Folio, 2000, 116 p.